Numéro 145-octobre-2019 Agrandir l'image

Numéro 145-octobre-2019

N145

Neuf

Numéro 145 : octobre 2019

Travail social : c'est pas triste !

Le travail social, comme tous les autres, souffre des restrictions budgétaires, de la « rationalisation », de la montée en puissance des gestionnaires. Jeunes professionnelles, Maeva, Audrey et Odeline ne s’y résignent pas. Pendant six mois, elles ont visité des lieux où l’accompagnement des personnes fragiles reste ancré dans l’utopie.

Plus de détails

2,45 €

En savoir plus

Numéro 145 : octobre 2019

Au sommaire du numéro 145

1 / Edito Jamais assez ! / Elle veut gagner la bataille contre les pesticides
3 / Climat Un coup de chaud ? La chaux !
4 / Bolivie la lutte des travailleuses domestiques / L’entretien « Tout le monde déteste Amazon »
5 / Doc La part sauvage de Greenpeace / BD la philo par le rire / Ma petite entreprise : la mécanique du cœur / Cinéma Tënk
6 / 7 / Reportage en Malaisie, au cœur de la forêt
12 /13 / Petite géographie du palmier à huile
14 /15 / Actu À Athènes, « Ne touchez pas à Exarcheia ! » / Grrr-ondes La belle carrière de NKM / Economistes attérrés
16 / 17 / Lorgnette Une matinée avec Alicia, aide-soignante à domicile / Les pêcheurs du Buëch prennent la mouche
18 / L’atelier Opération zéro déchet ! / Au jardin / Couture & Compagnie / Le coin naturopathie
19 / Forum / Mots Croisés
20 / Fiche pratique : faire son papier recyclé
21 / Maison commune

DOSSIER 4 pages : 

Travail social : c'est pas triste !

Le travail social, comme tous les autres, souffre des restrictions budgétaires, de la « rationalisation », de la montée en puissance des gestionnaires. Jeunes professionnelles, Maeva, Audrey et Odeline ne s’y résignent pas. Pendant six mois, elles ont visité des lieux où l’accompagnement des personnes fragiles reste ancré dans l’utopie. Nous avons conçu ce dossier avec elles, et nous vous racontons ces endroits où le travail social se construit au fil de l’humain, de façon résolument artisanale.

_____________________________________________________________________________

L'âge de faire crée une maison commune !

La Maison commune ? Un lieu partagé dans lequel L’âge de faire aura ses locaux, aux côtés d’une MJC et d’une association écolo. Spectacles et expositions, animations d’éducation populaire, sensibilisation à la transition écologique, ressources sur l’économie sociale et solidaire, accueil de médias citoyens, accompagnement d’initiatives d’habitant·es… 
Ce projet, auquel nous travaillons depuis plusieurs années, vise à créer un lieu d’émancipation, d’expérimentation et de convivialité, à la croisée du social, de l’économie, de la culture et de l’écologie. Pour le concrétiser, nous créons une Société coopérative d’intérêt collectif (Scic), qui va acheter et rénover le bâtiment de l’ancienne mutuelle de l’usine de Saint-Auban, au cœur de cette cité ouvrière de Haute-Provence.

Vous voulez nous soutenir ? Devenez sociétaires de la coopérative, en souscrivant une ou plusieurs parts (à partir de 30 euros).

On vous explique tout dans un supplément de 4 pages à télécharger

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Numéro 145-octobre-2019

Numéro 145-octobre-2019

Numéro 145 : octobre 2019

Travail social : c'est pas triste !

Le travail social, comme tous les autres, souffre des restrictions budgétaires, de la « rationalisation », de la montée en puissance des gestionnaires. Jeunes professionnelles, Maeva, Audrey et Odeline ne s’y résignent pas. Pendant six mois, elles ont visité des lieux où l’accompagnement des personnes fragiles reste ancré dans l’utopie.

30 autres produits dans la même catégorie :